L’Homme qui murmurait à l’oreille des chevaux (1998)

L'URL de cette critique est : http://www.infomotel.com/critique11

Après un accident de cheval superbement filmé, une mère, sa fille unijambiste et le quadrupède vont panser leurs plaies auprès d’un Dresseur - Père - Homme-presque-parfait. A la fin, la fille marche, le cheval galope et la mère danse.
Raconté ainsi ça a l’air un peu idiot.
Certes, mais le jeu Kristin Scott Thomas nous séduit et sa beauté rivalise presque avec celle de la nature américaine. La caméra de Robert Redford retient notre regard avec talent et humilité. Si bien que nous nous laissons doucement apprivoiser par la platitude des champs et des valeurs du Montana : travail, soupe, cheval, travail. Le bonheur est dans le pré, Redford a trouvé le sien. Il nous y invite avec une sincérité touchante et une conviction qui ne souffre aucune contestation. Son film nous donne quelques coups de cravache, une ou deux caresses et finit par se faire accepter avec reconnaissance. On nous prend souvent pour des ânes ou des mules, le cheval c’est quand même plus digne.

Thierry Lacloche de Heaulme de Valombreuse