Madame Bovary (Résumé)

L'URL de cette critique est : http://www.infomotel.com/critique169

La jeune Emma élevée au couvent des oiseaux dévore les oeuvres complètes d’Alexandre Jardin, l’Alchimiste de Paulo Coehlo et ne rate aucun concert des 2B3. Ces sommets de la culture lui font découvrir le monde et les hommes. Sa soeur, Juliette, elle, lit "Manuel d’éducation à l’usage des petites filles" de Pierre Loüys, Nabokov, Flaubert, Joyce et Proust, et écoute le Velvet Underground et Jean Ferrat. Non, pas Jean Ferrat. Ces sommets de la culture lui font découvrir le monde et les hommes.
Que croyez-vous qu’il arrivât ? Emma se trouve un mari, Charbovary, aussi mouillant qu’une charentaise moisie, et part s’installer dans un village de Normandie. Morte d’ennui, elle se fait draguer par un VRP rouleur de mécanique, Rodolphe, qui lui fait découvrir l’orgasme et l’inconfort de la copulation en extérieur. Pendant ce temps, Charbovary, un bon gars somme toute, joue les docteur Frankenstein en rabotant un boiteux. Ca ne se passe pas bien et le boiteux meurt. Emma Bovary, qui s’était déjà tapé tout le reste du village, en est très affectée, car elle sentait obscurèment que ce pauvre hère contrefait cachait le Solal de ses rêves. Elle finit par se faire socratiser par une portion non négligeable (si j’ose dire) du cheptel normand (à la recherche de son Zèbre ?) et meurt d’un accès de Kreuzfeld-Jacob.
Sa soeur, Juliette, s’est installée à Nouillorque où elle éblouit la foule de ses performances de body art super radicales.

Yann Schwartz