The Visitor

L'URL de cette critique est : http://www.infomotel.com/critique203

Il est rare que des films arrivent à combiner un fond édifiant avec des histoires personnelles fines et bouleversantes, sans tomber dans l’ennui ou le simplisme.

The Visitor est de ceux-là. Sélectionné à Dauville et à Sundance, il n’a pas été primé et il est passé relativement inaperçu dans les médias. Pourtant, y allant à deux, nous avons tout juste réussi à avoir les deux dernières places assises, des gens étaient assis sur les marches de la salle. Ce film fait manifestement parler de lui en "bouche à oreille", comme on dit. Ce n’est pas surprenant et il me donne d’ailleurs envie de le signaler ici, alors que je n’ai pas entré de critique sur ce site depuis des lustres.

L’histoire de ce professeur d’économie au bout du rouleau, qui trouve un couple de "sans papiers", comme on les appelle ici, dans son appartement de New York alors qu’il y débarque pour une conférence où il doit lire un papier qu’il n’a que co-signé en le lisant à peine, me frappe comme l’histoire à raconter de ce début de 21ème siècle.

Qu’est-ce qu’un Homme, qu’est-ce qu’une vie, qu’est-ce qu’une frontière, qu’est-ce que l’espoir, qu’est-ce que l’autre, est-il différent de moi ? Ces questions sont essentielles aujourd’hui et ce film les caresse et nous les pose en nous tirant gentiment par la main, doucement, par la grâce de comédiens livrant sans doute l’une des performances de leur vie, en retenue.

 C’est bouleversant sans être mièvre, triste sans être désespéré, beau sans être simple, euphorisant sans être gai et surtout, c’est un film dont on sort avec quelque chose en plus qu’avant d’entrer dans la salle. Il faut parler de ce film.

Vincent Henderson